FANDOM


L'effet Biefeld-Brown est un effet qui a été découvert par Thomas Townsend Brown (États-Unis) et Dr. Paul Alfred Biefeld (Suisse). L'effet fait plus généralement référence à l'électrohydrodynamique (EHD) ou parfois à electro-fluid-dynamics, une contrepartie à la magnétohydrodynamique bien connue. Les recherches approfondies ont été éffectuées pendant les années 1950 et 1960 sur l'utilisation de cet effet électrique de propulsion durant la période rendue public de recherche d'une propulsion antigravité. En 1964, le Major De Seversky avait en fait publié une grande partie de son travail sur le sujet dans (en) Brevet U.S. 3,130,945, et avec le but d'anticiper un possible malentendu à propos de ces dispositifs, il avait nommé ces machines volantes, ionocrafts.Dans les années suivantes, beaucoup de concepts prometteurs ont du être abandonnés et oubliés en raison des limitations technologiques, mais en même temps, la science a beaucoup progressé en matière de champ EHD. L'effet est tout récemment devenu en vogue et de tels dispositifs sont maintenant connus comme propulseur EHD.

Analyse de l'effetModifier

L'effet se fonde sur l'effet corona, qui permet aux molécules d'air de devenir ionisées près des bords pointus et des pointes. Habituellement, on utilise deux électrodes avec une haute tension entre elles, allant de quelques kilovolts jusqu'à plusieurs millions de volts, où une des deux électrodes est petite et pointue et l'autre est grande et lisse. La distance la plus efficace entre les deux électrodes se situe à un gradient de champ électrique d'environ 10kV/cm, ce qui est juste en-dessous de la tension de claquage de l'air entre deux pointes, à un niveau de densité de courant généralement désigné sous le nom de condition de saturation du courant corona collecté. Cela crée un gradient élevé du champ électrique autour de l'électrode la plus petite, qui est chargée positivement. Autour de cette électrode, une ionisation a lieu, c'est-à-dire que des électrons sont arrachés des atomes et se retrouvent dans le milieu environnant, ils sont littéralement éjectés par la charge de l'électrode.

Cela donne dans le milieu un nuage d'ions chargés positivement, qui sont attirés par l'électrode négative lisse, où ils redeviennent neutres. Dans le processus, des milliers d'impacts se produisent entre ces ions chargés et les molécules neutres de l'air dans l'espace d'air, entraînant un transfert d'énergie cinétique entre les deux particules, ce qui a pour résultat net la création d'une force directionnelle sur le système d'électrodes. Cet effet peut être utilisé pour la propulsion (voir propulseur électrohydrodynamique), pour les pompes à fluide et récemment pour les systèmes de refroidissement EHD.

InterprétationsModifier

L'effet est devenu connu dans le monde des OVNIs, où il est vu comme plus exotique que l'électrocinétique. Charles Berlitz a consacré un chapitre entier de son livreThe Philadelphia Experiment pour reformuler les premiers travaux de Brown sur cet effet, suggérant qu'il avait découvert un nouvel effet d'électrogravité utilisé par les OVNIs. En fait Brown était tout à fait au courant de la façon dont ce dispositif fonctionnait, mais cela rend l'histoire moins intéressante. Aujourd'hui, l'internet est rempli de sites consacrés à l'interprétation de cet effet.

Un article de M. Tajmar décrit une expérience conçue pour tester la possibilité que cet effet puisse avoir besoin d'un autre effet qu'un vent d'ions comme explication. Aucun effet n'a été trouvé, dans les limites de la précision de cette expérience. En particulier, on n'a pu observer aucune poussée dans le vide.

Certains pensent que le transformateur de Tesla (ou bobine de Tesla) pourrait être lié à cet effet. En fait, lorsque Tesla est arrivé aux États-Unis, il portait soi-disant des plans pour une "machine volante". Le seul point commun entre le transformateur de Tesla et l'effet Biefeld–Brown est que la haute tension joue un rôle essentiel dans les deux cas. Entre deux plaques servant d'électrodes, un champ électrique important peut être produit par un circuit AC généré par une bobine de Tesla.

BrevetsModifier

Fichier:Hagenbrevet1964.png

T. T. Brown a publié un certain nombre de brevets sur sa découverte :

Historiquement, il a été accordé de nombreux brevets pour les différentes applications de cet effet, de la capture de la poussière par précipitation électrostatique, à l'ioniseur d'air, et également dans le domaine de la propulsion des machines volantes. Un brevet particulièrement notable — (en) Brevet U.S. 3,120,363 — a été accordé à G. E. Hagen en 1964, pour un appareil plus ou moins identique aux dispositifs postérieurs appelés 'lifters'. Voici les numéros d'autres brevets américains portant sur l'utilisation de l'ionisation : 2022465, 2182751, 2282401, 2295152, 2460175, 2636664, 2765975, 3071705, 3177654, 3223038, 3120363, 3130945.

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Liens et documents externes Modifier


fi:Biefeldin–Brownin ilmiö

he:אפקט ביפלד-בראון